Le bonheur

Samedi matin. J’ouvre les yeux. On est bien sous les couvertures. Une belle lumière ensoleille la chambre. On a encore oublié de baisser le store hier soir. Pas grave.

En descendant à la cuisine, je suis accueilli par la douce chaleur du poêle à bois. Une ou deux bonnes toasts de pain crouté sur le rond de poêle, un bon café. Pas nécessaire d’avoir plus. Le bonheur n’est pas compliqué.

Pas de journal ce matin. Pas de radio. Pas d’ordinateur. Et surtout pas de télé! C’est assez de me remplir la tête avec les idées des autres. Le crépitement du feu dans le poêle est largement suffisant pour me permettre de penser par moi-même.

Que vais-je faire aujourd’hui? Rien. Regarder le temps passer. Songer aux temps passés. Jongler comme disaient les vieux autrefois.

À cinquante ans à peine, je constate que l’avenir appartient déjà aux autres, aux nouvelles générations. Mes souvenirs, mes histoires, ma vie, on s’en fout.  Place aux jeunes! C’est comme ça. Cela l’a toujours été.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s