La décence de se taire

Sondage après sondage, on apprend que les Québécois sont de plus en plus pauvres. En fait, le Québec est maintenant la région au Canada où le revenu disponible par habitant est le plus bas. Il doit bien y avoir une raison à cela.

Comme vous je suis dégouté, écœuré même, de tout ce qui ressort de la Commission Charbonneau. De voir défiler jour après jour ces escrocs à cravate qui – vraisemblablement avec l’aide de certains politiciens – ont spolié, volé, dépouillé le peuple québécois en gonflant incroyablement les coûts de construction des routes, viaducs et autres infrastructures, me lève littéralement le cœur.

L’envie de faire table rase sur tous ces corrompus, de les envoyer tous ensemble sur une île déserte pour qu’ils – comme les rats qu’ils sont – se dévorent entre eux est très attirante.

De la saucisse

Hélas, le bruit ambiant nous empêche d’analyser correctement cette triste situation. J’entends par bruit ambiant le travail journalistique plus que discutable de l’actualité québécoise ces dernières années. Je m’explique.

Depuis l’arrivée des réseaux de nouvelles en continu, il n’y a plus de grosses ou de petites nouvelles. Il n‘y a que des nouvelles produites à la chaîne, à la queue-leu-leu, comme on fait de la saucisse. Le sens critique journalistique est mis de côté et pour des raisons soi-disant d’égalité, on accorde le même temps d’antenne aux honnêtes gens, aux larrons et à l’idiot du village.

Alors que certains devraient avoir la décence de se taire, cette fâcheuse situation leur permet jour après jour de défendre l’indéfendable dans les journaux et à la télé. Mais comment font-ils pour se regarder dans le miroir en se rasant le matin sans avoir envie de vomir? Personnellement, il y a certains politiciens dont je ne suis plus capable de voir la face tant ils nous roulent dans la farine à chaque occasion. Assez c’est assez!

Une scène tirée du film Réjeanne Padovani, dans laquelle le bras droit de Vincent Padovani, un parrain de la mafia, discute avec le ministre de la Voirie.
Une scène tirée du film Réjeanne Padovani, dans laquelle le bras droit de Vincent Padovani, un parrain de la mafia, discute avec le ministre de la Voirie.

Au lieu de travailler à créer de la richesse au Québec, ces élus ont volontairement contribué à parasiter le système politique et économique. Et le pire, c’est que l’opinion dans la population est qu’ils s’en tireront. Aucun ne fera de prison, aucun n’aura à rembourser quoi que ce soit, soyez-en certains!

C’est à se demander à quoi sert la démocratie si c’est pour mettre en place ce genre de crapules.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s