L’échec des felquistes

Bien des gens vont rendre hommage au cours des prochains jours à l’ancien felquiste Paul Rose qui a participé à l’enlèvement du ministre du Travail et de l’Immigration Pierre Laporte en 1970. Ce geste avait été motivé par l’enlèvement quelques jours plus tôt du diplomate britannique James Richard Cross par une autre cellule du Front de libération du Québec, la cellule Libération.

Si on juge la vie d’un homme par ses résultats, il faut être honnête et constaté l’échec des gestes posés par les felquistes en 1970 pour la cause souverainiste.

À l’université, j’avais remis un jour un travail sur la Crise d’octobre dans lequel je remettais en question le sérieux de toute cette opération. Après tout, le ministre Pierre Laporte est mort accidentellement étouffé au cours d’une bagarre survenue quand les felquistes voulaient changer de repère et quitter la maison de la rue Armstrong à Saint-Hubert après que Laporte eut brisé une fenêtre pour appeler à l’aide.

La maison de la rue Armstrong où Pierre Laporte a été prisonnier.
La maison de la rue Armstrong où Pierre Laporte a été prisonnier.

Dans d’autres pays, c’est d’une balle dans la tête que les révolutionnaires exécutent leurs otages.

Avant même que les résultats de l’autopsie du corps de Laporte soient connus, le gouvernement de Pierre Elliott Trudeau a crié à l’assassinat politique, à l’exécution. La réaction de dégout chez les Québécois fut généralisée. Et lors de leur procès, Rose comme les autres membres de la cellule Chénier ont plaidé coupable, donnait ainsi raison au gouvernement fédéral dans l’esprit des gens.

Le corps de Pierre Laporte a été découvert dans le coffre de cette voiture le 17 octobre 1970.
Le corps de Pierre Laporte a été découvert dans le coffre de cette voiture le 17 octobre 1970.

J’avançais dans mon travail que, somme toute, les actes des felquistes auront permis au premier ministre Trudeau de faire peur aux Québécois qui, depuis, ont rejeté par deux fois l’idée de faire du Québec un pays. Pas fort comme bilan. J’estimais qu’il était légitime de se demander, au fond, pour qui travaillaient les felquistes.

Mon prof, lui-même un ancien felquiste – s’il avait été surpris de ma démarche – m’avait tout de même accordé une bonne note.

La Crise d’octobre a dégouté à tout jamais la majorité des souverainistes de la violence politique. On a aussi appris à se méfier des groupuscules qui se donnent le droit et le pouvoir de parler et d’agir au nom de la majorité.

La Crise d'octobre a bouleversé la société québécoise.
La Crise d’octobre a bouleversé la société québécoise.
Advertisements

2 réflexions sur “L’échec des felquistes

  1. La crise d’octobre a été montée de toute pièce par Trudeau pour mater les mauvais séparatistes!
    Trudeau et ses mesures de guerre
    http://www.septentrion.qc.ca/catalogue/Livre.asp?id=3483
    Il y a un peu plus de quarante ans, le 16 octobre 1970, au milieu de la nuit, le gouvernement de Pierre Elliott Trudeau imposait les mesures de guerre Douze mille cinq cents soldats furent déployés au Québec, dont 7500 rien qu’à Montréal. Près de 500 personnes furent arrêtées sans mandat, sans accusation et sans avoir le droit de recourir à une assistance juridique. Plus de 10000 maisons furent fouillées sans autorisation.

    1. D’accord en partie. Sans savoir si la Crise d’octobre a été montée de toute pièce par Trudeau, on peu dire qu’il a bien su l’exploiter à son avantage et à celui du fédéralisme.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s