Comme de réécrire la Bible

La dernière tuerie dans une école primaire d’une petite ville du Connecticut a relancé le débat entourant le contrôle des armes à feu aux États-Unis.

Pour toute personne sensée, il semble évident de maintenir un contrôle des armes à feu. Mais il n’en va pas de même aux pays de l’Oncle Sam où pour ce faire il faudrait amender la Constitution.
Une hérésie

Le 2e amendement de la Constitution des États-Unis d’Amérique garantit pour tout citoyen américain le droit de porter des armes. « Une milice bien organisée étant nécessaire à la sécurité d’un État libre, le droit qu’a le peuple de détenir et de porter des armes ne sera pas transgressé. » Il fait partie des dix amendements passés le 15 décembre 1791, couramment appelés « Déclaration des Droits » (Bill of Rights).

La codification du droit de porter des armes dans le Bill of Rights fut influencée par la peur que le gouvernement fédéral désarme le peuple afin d’imposer des règles par l’intermédiaire d’une armée de métier ou d’une milice, puisque l’histoire avait montré la façon dont les tyrans éliminaient la résistance en retirant les armes au peuple et en rendant illégal le fait d’en conserver afin de supprimer les opposants politiques.

Pour la très grande majorité des Américain, leur Constitution constitue un texte sacré au même titre que la Bible pour les chrétiens ou le Coran pour les musulmans. En conséquence, ils ne conçoivent pas que certaines personnes souhaitent en modifier le contenu.

Pourtant, concernant un autre sujet, les Américains n’ont pas eu les mêmes scrupules.

Le Volstead Act
Ratifié en janvier 1919 et appliqué un an plus tard, le Volstead Act élargissait l’interdiction de production, de distribution et de vente d’alcool de plus de 0,5° aux restaurants et aux bars. Il fut imposé à l’ensemble de la population américaine par le 18e amendement. Adopté afin de moraliser la société américaine, le Volstead Act fut directement responsable de la naissance d’empires mafieux dont le roi incontesté fut Al Capone.

Comme il créait plus de problèmes qu’il n’en réglait, le Volstead Act fut amendé en février 1933 par le Blaine Act et le 21e amendement à la Constitution.

Comme on voit, il n’est pas impossible pour les Américains d’amender leur chère Constitution.

Une occasion
L’interprétation du 2e amendement est controversée depuis de nombreuses années. Pour le Parti républicain, le port d’armes est autorisé pour tous les citoyens sans conditions. Dans le camp démocrate, on réplique que le port d’armes n’est autorisé que dans le contexte d’une « milice bien organisée ».

Le récent massacre perpétré à l’école Sandy Hook et l’empathie qu’il suscite chez une bonne partie de la population américaine mènera peut-être à la naissance d’un mouvement organisé en faveur d’un plus grand contrôle des armes à feu capable de faire face à d’importants lobby comme la National Rifle Association.

Mais combien de victimes innocentes faudra-t-il encore ?

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s